Enigma, la machine à chiffrer et déchiffrer

Découvrez une des premières machines automatiques à chiffrer de l’histoire, Enigma.

Si de nos jours ce sont des programmes informatiques qui sécurisent les informations qui transitent par Internet c’est pendant la Seconde Guerre mondiale que les principes mécaniques du chiffrement ont été mis au point.

Illustration : machine enigma

Redonnez du sens à votre vie privée avec des experts en protection de données

La conception de messages secrets est rapidement devenu un enjeux majeur à travers les différents conflits qui composent notre histoire. Communiquer secrètement permettait un avantage tactique certain. Peu avant la seconde guerre mondiale, les allemands font l’acquisition de la machine Enigma. Ce dispositif intégrait un ensemble mécanique permettant la création d’un protocole de chiffrement par substitution multi-alphabétique.

À quoi ressemblait Egnima ?

Adoptée par de nombreuses armées et services secrets pendant la Seconde Guerre mondiale, Enigma est une machine à chiffrement surtout connue pour avoir été utilisée par l’Allemagne nazie. Conçue par Arthur Scherbius, un ingénieur en électricité allemand, cette machine, fut brevetée en 1918.

Cet appareil ressemble à une machine à écrire. Reposant techniquement sur des rouleaux et par contacts électriques, Enigma est capable de créer des substitutions polyalphabétiques dont la clé se compose de centaines de millions de lettres. Ce dispositif encode les informations en transmettant du courant lorsque l’on presse une lettre sur le clavier, celui-ci traverse un réseau de câbles pour terminer sa course en allumant une lampe indiquant la lettre qui a été chiffrée.

Enigma est une machine à chiffrement

Machine Enigma © Pixabay

Comment ça fonctionne ?

À chaque fois qu’une lettre est tapée, les rouleaux tournent et, de fait, modifient la configuration à chaque entrée de nouveaux caractères. Enigma est également composée d’un rouleau appelé réflecteur et d’un tableau pourvu de nombreuses connectiques, ces composants permettaient de complexifier le processus de chiffrement.

Illustration : clavier enigma

 © Pixabay

Un appareil vraiment fiable ?

Vendue aux armées comme la machine de chiffrement la plus sûre de sa génération, il a été communément admis qu‘avant sa généralisation au sein de l’armée allemande, plusieurs messages chiffrés par Enigma avaient déjà été décodés. Ce n’était guère un problème et d’ailleurs, la machine a été vendue à d’autres armées. En effet, la particularité d’Enigma est que même si l’appareil se retrouve entre les mains ennemies, sa sécurité n’est pas compromise en raison du nombre de réglages à effectuer quotidiennement.

Les paramètres liés au codage sont assez conséquents :

    • Position des rouleaux
    • Orientations des rouleaux
    • Branchements des connexions
    • Indicateurs
illustrationdes roues crantées d'Enigma la machine à chiffrer

© Pexels

Illustration : Test Alan Turing

Qui a décodé Enigma ?

Très connu pour son fameux test de Turing visant à évaluer une intelligence artificielle à tenir une conversation. Alan Turing est un mathématicien et cryptologue britannique qui a joué un rôle important pendant la Seconde Guerre mondiale. Travaillant à partir de « la Bombe » polonaise, une machine électromécanique capable de tester rapidement plusieurs ensembles de clefs d’Enigma, il conçoit des méthodes mathématiques afin d’en améliorer les performances.
Alan Turing eut un impact majeur et décisif pendant la Seconde Guerre mondiale. On estime que grâce à ses travaux sur le code des transmissions allemandes, la guerre a été raccourcie d’au moins 2 ans.

A découvrir ailleurs : La chaine Youtube e-penser a consacré une courte vidéo retraçant la vie d’Alan Turing.

Pour conclure

Enigma a été ce qui s’est fait de plus abouti mécaniquement en matière de chiffrement de bout en bout durant cette période. Parmi les origines des méthodes de chiffrement modernes, le Carré de Polybe est incontestablement la méthode qui a inspiré toutes les autres.

A découvrir également : Impossible à déchiffrer pendant des décénies, la langue des dieux, les hiéroglyphe ont été, en partie, percés à jour grâce à La pierre de Rosette une découverte archéologique au contexte historique assez particulier.