document.addEventListener("DOMContentLoaded", function(event) { var classname = document.getElementsByClassName("atc"); for (var i = 0; i

La lutte pour la liberté d’expression face à l’interdiction de TikTok : La confidentialité oubliée

par | 16 Août 2023 | Réflexions et analyses

TikTok, l’application chinoise de partage de vidéos, est encore sous le feu des projecteurs à l’échelle mondiale. Alors que le Montana a décidé d’interdire l’application TikTok, d’autres pays et institutions ont déjà pris des mesures similaires. Si la lutte pour la liberté d’expression est louable, il est essentiel de ne pas négliger la confidentialité en ligne. En effet, malgré les controverses, TikTok n’a pas modifié ses conditions d’utilisation et continue d’être accusé d’espionner ses utilisateurs.

TikTok menacé : L’ombre d’une interdiction totale plane

Plusieurs pays, dont des membres de l’Union européenne, ont déjà restreint ou interdit l’utilisation de TikTok pour les employés du gouvernement et les fonctionnaires depuis le 23 février 2023. Cette tendance mondiale souligne les préoccupations croissantes en matière de confidentialité et de sécurité des données. Alors que la population peut continuer d’utiliser TikTok, le Montana lui en a décidé autrement. En effet, le Montana est le premier État américain à interdire purement et simplement l’application chinoise de création et de partage de vidéo. Le gouverneur républicain Greg Gianforte a en effet signé une loi qui, à partir du 1er janvier 2024, interdira l’utilisation de TikTok sur tous les appareils de l’État. Cette annonce a eu pour effet aux US de voir apparaître un pic notable des recherches pour des VPN gratuits pour les réseaux sociaux afin de continuer d’utiliser l’application. Illustration : Application TikTok

TikTok au microscope : Espionnage et atteinte à la vie privée

Si TikTok n’est pas en odeur de sainteté dans le monde, ce n’est pas à cause des débilités qu’on y trouve. L’application est accusée de violer la confiance du public, de compromettre la vie privée des utilisateurs et de servir de point d’accès pour le gouvernement chinois. La loi chinoise sur la sécurité nationale de 2017 impose aux entreprises comme ByteDance, la société mère de TikTok, de fournir toutes les données demandées par le gouvernement.
TikTok n’est pas la seule application chinoise à susciter des inquiétudes. Pinduoduo, WeChat et de nombreuses applications gratuites sont également accusés de collecter des données à grande échelle.

L’interdiction de TikTok au coeur d’un dilemme

Et c’est là que ça coince… Plusieurs groupes de défense des droits numériques ont rejoint la bataille juridique contre cette interdiction. La société de médias sociaux TikTok et des créateurs de contenu TikTok dont @supaman (un musicien amérindien qui se fait connaître grâce à la plate-forme) ont décidé de contester la légalité de l’interdiction du Montana devant les tribunaux. L’American Civil Liberties Union (ACLU) et l’Electronic Frontier Foundation (EFF) ont déposé un mémoire d’amicus le 11 août pour soutenir cette poursuite. Il s’agit d’un document juridique soumis à un tribunal par une personne ou une entité qui n’est pas directement impliquée dans une affaire particulière, mais qui a un intérêt ou une expertise dans le sujet traité par l’affaire. Ils sont souvent utilisés dans les affaires d’intérêt public pour présenter des points de vue ou des informations qui pourraient ne pas être autrement portés à l’attention du tribunal. Illustration : Créateur de contenu sur TikTok Les défenseurs des droits numériques soutiennent que l’interdiction enfreint le Premier Amendement, qui garantit la liberté d’expression. Ils estiment que l’interdiction empêcherait les utilisateurs de s’exprimer et de s’associer via TikTok. De plus, l’EFF et l’ACLU ont souligné que l’interdiction affecterait de manière disproportionnée les groupes minoritaires, car TikTok joue un rôle important dans la solidarité en ligne sur des questions sociales spécifiques. Le sujet est délicat, car bien que cette interdiction constitue, dans l’absolu, une violation des droits numériques des citoyens, les risques en matière confidentialité en ligne et de respect de la vie privée sont bien réels.

Conclusion

Cette affaire d’interdiction de TikTok dépasse les frontières du Montana et soulève des préoccupations. La balance entre liberté d’expression et confidentialité est délicate. Les utilisateurs, les législateurs et les institutions doivent collaborer pour trouver un équilibre entre innovation technologique, protection des droits fondamentaux à la vie privée et sécurité.

Réflexions finales

  • Comment les utilisateurs peuvent-ils naviguer en toute sécurité dans un paysage numérique de plus en plus surveillé ?
  • Si les créateurs de contenus acceptent de s’exposer publiquement, est-ce une raison pour que ceux qui les regardent soient fliqués en permanence ?
  • Les interdictions ciblées sont-elles la solution pour protéger la vie privée des citoyens ?
  • Quelle responsabilité les plateformes de médias sociaux devraient-elles assumer pour garantir la confidentialité de leurs utilisateurs ? Mais dans ce cas, c’est leur gratuité le problème, puisque leur modèle économique dépend de la publicité ciblée.

 Merci pour vos nombreux partages !

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne.

A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 10 ans d’expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à la confidentialité en ligne.

Share This