Applications Covid-19

Découvrir les applications Covid-19 dans différents pays

par | 29 Avr 2020 | Dossier

En attendant d'en savoir un peu plus sur l'application Stop Covid, voici un petit tour d'horizon des applications Covid 19 dans le monde.

Attention

Il n'est pas question dans cet article de contester le bien fondé d'une mesure visant à ralentir la propagation du SARS-CoV-2.
Il n'est pas question également de plonger qui que ce soit dans un roman de George Orwell.

Il s'agit là d'un petit inventaire des dispositifs technologiques qui ont été mis en place dans différents pays afin de ralentir l'épidémie.

Sachez également qu'un VPN sans logs ne protège pas son utilisateur des données transmises par une application téléchargée et installée sur son smartphone.

En guise d'introduction

Hangzhou Health Code en Chine

Sans doute parmi les premières initiatives de ce type, Hangzhou Health Code est une application destinée à déterminer si une personne peut se déplacer librement ou si elle doit rester en quarantaine. Elle a été développée par l'Office général du Conseil d'État, la Commission nationale de la santé, et les sociétés Alibaba Group Holding Ltd et Tencent Holdings Ltd. Simple d'utilisation, l'application utilise un code couleur pour informer les utilisateurs de leurs possibilités de déplacement ou non.

Venant d'un pays comme la Chine, il n'y a absolument rien de surprenant à cela, il est aisé d'imaginer qu'à terme cette application pourrait venir alimenter les bases de données déjà existantes concernant la population.

Quelques variantes

Home Quarantine en Pologne

Cette application est une initiative du gouvernement polonais. Elle est destinée à s'assurer que les personnes malades ou à risques respectent les mesures de quarantaine obligatoires. Elle le fait en demandant de prendre des selfies géo-localisés.

Logo application home quarantaine en Pologne

Des comptes sont créés automatiquement pour les personnes qui, par exemple, sont revenues de l'étranger. Une fois que l'application demande un selfie, l'utilisateur dispose de 20 minutes pour prendre un selfie. Si elle ne le fait pas, elle recevra la visite de la police et pourra même se voir infliger une amende.

L'application n'est pas obligatoire, les personnes mises en quarantaine peuvent choisir de recevoir des visites surprises de la police afin d'effectuer un contrôle.

Corona 100 m en Corée du Sud

Développée par le ministère de l'intérieur et de la sécurité de Corée du sud, Corona 100 m est une application de suivi qui informe les personnes sur les cas connus de SARS CoV-2 dans un rayon de 100 mètres de leur localisation. Elle utilise les données provenant des images des caméras de surveillance et des transactions par carte bancaire pour cartographier les déplacements des malades identifiés.

Elle a été téléchargée un million de fois au cours des dix premiers jours suivant son lancement. Le but de cette application est de permettre aux utilisateurs d'éviter de se rendre dans des lieux potentiellement dangereux.

Cette application n'indique pas précisément qui sont les personnes infectées. Elle révèle cependant des informations telles que leur âge, les restaurants que ces personnes ont fréquentées ou encore les endroits qu'elles ont visités.

Depuis sa mise en service le 11 Février 2020, des personnes ont déjà signalé qu'à cause de ces informations, elles ont été victimes de rumeurs, de harcèlement et de moqueries. Certains commerçants ont indiqué que l'application Corona 100 m commençait à nuire à leur activité.

Quand l'application a fait médecine

illustration instruments de médecin

AC19 en Iran

L'AC19 a déjà été retirée de Google Play Store. Elle est cependant toujours disponible sur Internet. Cette application prétend pouvoir détecter si une personne est infectée ou non. Comment ? Nous n'avons pas de réponse à cette question.

L'application exige des utilisateurs qu'ils fournissent, leur nom, prénom et leur date de naissance. Il leur ait est également demandé de confirmer leur numéro de téléphone. Parmi les autorisations à fournir, on retrouve la localisation en temps réel. Son caractère particulièrement intrusif et la réputation du gouvernement iranien ont contribué à qualifier cette application d’outil de surveillance et d'espionnage de masse en occultant totalement les raisons de sa création.

CoronaMadrid en Espagne

Cette application est destinée à aider les personnes à s'auto-diagnostiquer à travers toutes une série de questions permettant d'évaluer l'état de santé de l'utilisateur. Une fois l'auto-évaluation terminée, l'application dispense de nombreuses recommandations.

Si il est évident qu'une application ne remplacera jamais un diagnostic médical établi par un professionnel de santé accompagné d'un test, le problème de CoronaMadrid réside essentiellement dans ses conditions d'utilisation. En effet, l'application a été développée conjointement avec un nombre très important de fournisseurs tiers (dont Google) qui disposent donc, autant que les organismes d’État, de toutes les informations fournies par l'utilisateur. Ces données comprennent le nom et le prénom, le numéro de téléphone, la carte d'identité, la date de naissance, l'adresse électronique, l'adresse physique, le sexe et la position du téléphone.

Autres objets

Bracelets électroniques à Hong Kong

Évoqué rapidement dans les médias, à Hong Kong, la population a reçu des bracelets électroniques en Mars 2020. Cette mesure avait pour but de prévenir la propagation de cas importés sur leur territoire. Destiné à garantir que les personnes de retour de l'étranger respectaient bien les mesures de quarantaine, cet objet connecté exigeait de son porteur, lors de sa mise en service, qu'il fasse le tour de son lieu de vie afin de déterminer avec précision les coordonnées du périmètre de quarantaine.

Une carte Sim en Thaïlande

En Thaïlande, tous ceux qui arrivent de pays classés comme à haut risque recevaient une carte sim pour une durée de 14 jours. Ils devaient ensuite télécharger l'application AoT Airport.

Cette application permettait de suivre les personnes pendant les 14 jours de quarantaine requis et alertait les autorités si la personne quittait sa zone de quarantaine. Il est précisé sans aucune garanties que l'application arrête le suivi et supprime les données immédiatement au bout de 14 jours.
De nombreux touristes ont rapporté que l'application fonctionnait assez mal.

On partage ?

TraceTogether à Singapour

TraceTogether est une application développée par le gouvernement singapourien. Elle est destinée à aider à localiser les personnes qui aurait pu être exposées au virus. Elle fonctionne en utilisant le Bluetooth pour détecter les téléphones à proximité. Par la suite, si une personne qui utilise l'application a été diagnostiquée comme positive, les téléphones à proximité informent instantanément leur utilisateurs. Selon leur politique de confidentialité, TraceTogether affirme que chaque utilisateur se voit attribuer un identifiant unique et que les smartphones échangent des informations chiffrées de façon sécurisée. Ils affirment également que l'application est purement destinée à tracer les personnes susceptibles d'être infectées par le SARS-CoV-2. Le gouvernement de Singapour propose de partager la technologie de l'application avec tous les autres pays qui en feraient la demande.

Ailleurs ?

Le gouvernement britannique, avec l'aide de chercheurs de l'université d'Oxford, travaille également sur une application similaire à celle dont dispose la Chine. Il est toutefois prévu que cette application ne soit pas obligatoire et basée uniquement sur le volontariat.

Cette application permettra de suivre les déplacements des personnes en temps réel et de les alerter si elles ont été en contact avec une personne infectée par le virus SARS-CoV-2. Il est indiqué qu'aucune information sur ces personnes ne serait partagée.

Rappelons toutefois que ce pays compte plus de 5 millions de caméras de surveillance et que la question d'introduire la reconnaissance faciale en temps réel est toujours d'actualité.

Il existe beaucoup d'autres initiatives technologiques proposées par les différents gouvernements pour tenter d'enrailler au mieux la propagation du virus. Notons également que la Belgique, très respectueuse de la vie privée, a finalement abandonné le projet d'un tel dispositif.

En France

En France, l'étude de la mise en place d'une application Stop Covid est actuellement au cœur de nombreux débats. Suscitant de vives réactions, la question d'un tel dispositif de traçage en France a été reportée afin d'être débattue indépendamment du reste des mesures de déconfinement. Très largement inspirée de l'application TraceTogether de Singapour et basée sur le volontariat, le principe est très sévèrement critiquée en raison du droit à la vie privée. En ce qui concerne la CNIL, la Commission nationale de l'informatique et des libertés, pour que l'application soit respectueuse des droits et libertés des individus, un tel dispositif devrait être régulièrement évalué pour s'assurer de son utilité et présenter de nombreuses garanties de sécurité.  

Pour conclure

Comme souligné en début d'article, il n'est pas question ici d'opposer liberté et sécurité mais juste de faire un petit tour d'horizon des technologies testées et développées actuellement. Il est évident que le plus respectueux pour une application serait qu'elle soit Open Source, de manière à offrir le plus de transparence possible et qu'elle se passe des réseaux de distribution tiers que sont les stores.

Lien utile :

Share This