L’utilisation des VPN est-elle sûre ? Comment la rendre plus sûre ?

L’utilisation des VPN est-elle sûre ? Comment la rendre plus sûre ?

Difficile de passer à côté ! Vous avez forcément déjà entendu parler des Réseaux Privés Virtuels. Ces outils puissants sécurisent vos données et protègent votre vie privée en ligne. En plus de vous protéger sur les réseaux Wi-Fi publics, les VPN empêchent votre fournisseur d’accès à Internet de surveiller votre connexion et vous aident à contourner les restrictions imposées par les FAI. Mais la question demeure : les VPN sont-ils vraiment sûrs ?

En bref : L’utilisation des VPN est-elle sûre ?

La réponse courte est oui. Les VPN sont un excellent moyen de protéger votre trafic Internet et votre activité de navigation, de cacher votre emplacement et de préserver votre vie privée dans le monde numérique.

Qu’est-ce qui rend un VPN sûr ?

Des protocoles sécurisés

Un protocole VPN est un ensemble de règles qui doivent être suivies pour créer une liaison VPN sécurisée, stable et rapide. Les protocoles VPN les plus sûrs et les meilleurs sont WireGuard® et IKEv2/IPSec. OpenVPN arrive en troisième position et atteint les mêmes objectifs mais est souvent plus lent et plus compliqué à utiliser. Ces 3 protocoles garantissent une sécurité VPN de premier ordre pour tous les types d’utilisation d’Internet.

Illustration : protocoles de chiffrement

Politique de non-conservation des journaux de navigation des utilisateurs

En bref, un VPN sans log ne stocke aucune information de vos activités en ligne.

Un VPN avec une politique no-logs ne collectera pas de détails privés tels que :

  • Votre adresse IP
  • L’historique de navigation
  • La bande passante utilisée (sauf pour certains VPN gratuits)
  • Les informations de session
  • Le trafic réseau
  • Les horodatages de connexion

Donc, assurez-vous toujours que le réseau privé virtuel que vous utilisez a une politique claire en place.

Illustration CyberGhostVPN no logs

©CyberGhost VPN

Un arrêt d’urgence pour plus de sécurité

Un VPN Kill Switch est indispensable. Si la connexion VPN tombe ou devient instable, un Kill Switch vous déconnecte. Vous ne diffuserez pas accidentellement vos données ou votre adresse IP, même si le VPN échoue.

Authentification à deux facteurs

L’authentification à deux facteurs (2FA) est un moyen d’appliquer une couche supplémentaire de protection à votre compte.

Réputation du fournisseur de VPN

Avant de vous inscrire auprès d’un fournisseur de réseau privé virtuel, effectuez une recherche rapide sur l’historique de la société pour détecter tout incident ou toute activité louche signalée. Les meilleurs VPN ont une bonne réputation et font preuve de transparence.

Le pays dans lequel le fournisseur est basé

Le pays où le développeur du VPN est basé est important. En effet, les VPN doivent se conformer à la loi locale, certains pays sont plus respectueux que d’autres en matière de vie privée. La Suisse est un bon exemple mais il en existe d’autres.

Assurez-vous de choisir un VPN basé dans un pays avec des lois fortes qui garantissent la vie privée.

Optionnel : Serveurs fonctionnant uniquement en RAM

Lorsque les serveurs fonctionnent sur une mémoire vive (RAM), toutes les informations qui se trouveraient normalement sur le disque dur sont automatiquement effacées lorsque le serveur s’éteint. Lorsque toutes les opérations requises sont exécutées sur des serveurs à mémoire RAM uniquement, aucune donnée ne peut être physiquement retirée des serveurs.

Pourquoi les VPN gratuits ne sont pas toujours sûrs ?

Si vous recherchez un fournisseur de VPN pour un accès Internet plus sûr, vous avez probablement rencontré plusieurs entreprises qui proposent des services gratuits. La gratuité est toujours séduisante, mais quelle est le niveau de sécurité des VPN gratuits par rapport aux VPN payants ?

VPN gratuits contre VPN payants (version courte)

Les VPN payants sont plus performants que les VPN gratuits dans pratiquement tous les scénarios. Un VPN gratuit peut être lent, manquer de fonctionnalité et de choix de serveurs. Dans certains cas, il peuvent s’avérer être néfaste pour vos données et votre matériel. Et n’oubliez pas que vous exposez à des publicités en échange d’un service, n’a rien d’anodin. Vous serez encore plus traqué en ligne pour être de mieux en mieux ciblé par les régies pub.

Bon nombre de VPN restent abordables. Un VPN pas cher a un prix de revient au mois en dessous de 2,50 € pour un abonnement de 2 ans.

Les VPN gratuits sont limités

En plus d’avoir une bande passante limitée, les VPN gratuits manquent parfois de vitesse et du nombre de serveurs disponibles. L’emplacement du serveur auquel vous vous connectez est également important. Si vous préférez utiliser un VPN pour la sécurité et la vitesse, vous voudrez vous connecter à un serveur proche de vous.

Plus vous êtes proche d’un serveur, plus votre connexion sera rapide. La plupart des fournisseurs de VPN gratuits ne disposent que de quelques dizaines de serveurs, car les serveurs sont cher à entretenir.

Les VPN gratuits ont moins de fonctionnalités supplémentaires.

Comment fonctionne un VPN ?

Le VPN fonctionne en chiffrant vos données lorsqu’elles quittent votre appareil.

De quelle façon un VPN vous protège en ligne ?

Lorsque vous vous connectez à un service VPN, l’application connecte votre appareil à un serveur distant. Le logiciel VPN chiffre toutes les données que vous envoyez en ligne. Ensuite, les données cryptées sont envoyées au serveur VPN. Enfin, les données soient décodées et envoyées à leur destination.

Le VPN remplace également votre adresse IP par celle du serveur que vous avez choisi d’emprunter. Ainsi, tout le trafic internet entrant et sortant de votre appareil semble provenir du serveur.

Un VPN crée votre propre tunnel privé.

Imaginez l’internet comme une autoroute très fréquentée. Cette autoroute permet aux données de circuler entre les serveurs et les appareils du monde entier. Au lieu d’utiliser cette autoroute pour vous déplacer, vous empruntez un tunnel privé sécurisé.

Illustration : Tunneling

Ce tunnel privé fournit une voie chiffrée dédiée, de sorte que personne ne peut savoir ce que vous faites en ligne.

Bien qu’il puisse être utilisé pour de nombreuses raisons, la fonction principale d’un VPN est le chiffrement de votre trafic internet.

Pour en savoir plus : utilité d’un VPN ? 10 choses utiles avec un VPN

Quelles sont les limites d’un VPN ?

Un VPN est un excellent outil de protection de la vie privée, mais ce n’est pas la solution universelle à vos problèmes. Comme tout autre logiciel, un VPN a ses propres limites :

    • Les logiciels malveillants : ce n’est pas la tâche du VPN de détecter les virus ou autres logiciels malveillants lorsqu’ils tentent de s’infiltrer dans votre système ou lorsqu’ils commencent à fonctionner. Pour cela, vous avez besoin d’un programme antivirus ou d’un VPN avec un antivirus intégré.
    • L’ingénierie sociale : Le piratage psychologique est l’ensemble des pratiques reposant sur la manipulation et l’exploitation des faiblesses humaines dans le but de duper, voler, arnaquer. Autrement dit, si vous communiquez vos informations personnelles de vous-même, un VPN ne peut rien faire pour vous.
    • Suivi de compte : si vous continuez à vous connecter à des sites Web avec votre compte Google logué, ce dernier saura toujours quels sites vous visitez, et aucune application ne peut l’en empêcher. Il en va de même pour Facebook et autres réseaux sociaux.

En conclusion : les VPN sont-ils sûrs et valent-ils le coup ?

Oui, et oui.

Les réseaux privés virtuels sont essentiels pour la sécurité en ligne, surtout si votre connexion Internet passe par un réseau Wi-Fi public. Ils vous permettent de bénéficier de nombreux avantages, comme le contournement de la censure et l’accès aux sites Web bloqués. Cependant, leur meilleure caractéristique est la confidentialité numérique qu’ils offrent.

Un VPN gratuit ralentira très probablement votre connexion Internet, mais si vous choisissez bien, c’est mieux que rien.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

WhatsApp : Le problème des Métadonnées

WhatsApp : Le problème des Métadonnées

Depuis plusieurs années, WhatsApp se targue d’offrir une sécurité inégalée grâce à son chiffrement de bout en bout. Pourtant, deux récentes révélations soulèvent, une nouvelle fois, des interrogations concernant la protection de la vie privée des utilisateurs. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le problème ne réside pas dans le chiffrement lui-même, mais dans les métadonnées qui accompagnent chaque message.

Des révélations alarmantes

Le 22 mai 2024, The Intercept a publié une évaluation interne des menaces chez WhatsApp, révélant que des vulnérabilités pourraient permettre à des agences gouvernementales et de nombreux tiers de contourner le chiffrement pour accéder aux métadonnées des utilisateurs.

Quelques jours plus tard, Elon Musk a affirmé sur sa plateforme X que WhatsApp « exporte vos données utilisateur chaque nuit ».

Le responsable de WhatsApp, Will Cathcart, a répondu en soulignant que le chiffrement reste solide et que les messages sont privés. Cependant, ces discussions ne concernent pas le chiffrement des messages mais bien les métadonnées.

La nature des métadonnées

Les métadonnées incluent des informations telles que les adresses IP, les numéros de téléphone, les contacts avec lesquels vous avez échangé et les moments de ces échanges.

Bien que ces données puissent sembler anodines, elles sont déterminantes pour identifier les utilisateurs et tracer leurs activités. Par exemple, dans le cas de l’arrestation d’un activiste catalan, une simple adresse email de récupération a suffi.

WhatsApp collecte également des journaux d’utilisation, enregistrant des détails tels que l’heure, la fréquence et la durée des activités. Ces données, associées à d’autres produits Meta comme Instagram et Facebook, permettent de construire un profil numérique détaillé de chaque utilisateurs.

De plus, même si les fonctionnalités de localisation sont désactivées, l’adresse IP et d’autres informations peuvent toujours estimer la localisation générale de l’utilisateur.

Les implications des métadonnées

Les métadonnées peuvent être utilisées pour des attaques de corrélation, permettant de déduire qui parle avec qui et quand, malgré le chiffrement des messages.

Ces attaques sont particulièrement préoccupantes dans des contextes de surveillance globale. Tout ce que cela implique en termes de vie privée est alarmant.

Par exemple, ces informations peuvent permettre à un gouvernement ou à une entreprise de tracer les comportements et les interactions des individus, même sans accès au contenu des messages.

Les documents internes de WhatsApp indiquent que les vulnérabilités de l’analyse de trafic peuvent être exploitées pour surveiller les communications. L’ampleur de cette surveillance et les possibilités d’abus soulignent l’importance de renforcer la protection des métadonnées.

La collecte et l’analyse des métadonnées posent de sérieuses menaces pour la vie privée, exposant les individus à des risques de profilage, de discrimination et de surveillance non-justifiée.

Les réactions et solutions

Meta a été critiqué pour sa lenteur à répondre aux problèmes de sécurité jusqu’à ce qu’ils deviennent ingérables, comme le montre son historique de réponses tardives aux problèmes de confidentialité des utilisateurs.

Pour WhatsApp, améliorer la sécurité contre les attaques de corrélation pourrait compromettre la performance et l’accessibilité de l’application, créant un dilemme entre la protection des utilisateurs et la rentabilité.

Les suggestions incluent l’ajout d’un mode de sécurité renforcé pour les utilisateurs à risque, similaire au Mode d’isolement d’Apple pour iOS. Cependant, cette option pourrait attirer l’attention comme pour Telegram.

Conclusion

Les récentes révélations montrent que le véritable enjeu de la sécurité des communications ne réside pas seulement dans le chiffrement des messages, mais aussi dans la protection des métadonnées. WhatsApp et d’autres plateformes doivent trouver un équilibre entre la performance de l’application et la protection de la vie privée des utilisateurs.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Les amendes RGPD : 4,5 Milliards d’Euros

Les amendes RGPD : 4,5 Milliards d’Euros

Depuis l’introduction du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) en mai 2018, les entreprises européennes ont dû payer des amendes colossales pour non-respect des réglementations. En seulement six ans, les violations du RGPD ont coûté environ 4,5 milliards d’euros (4,9 milliards de dollars) en amendes, selon les chiffres fournis par GDPR Enforcement Tracker database.

Les pays les plus touchés

L’Espagne, l’Italie et l’Allemagne sont en tête de liste des pays ayant subi le plus grand nombre de sanctions. Les entreprises espagnoles ont été les plus souvent pénalisées, avec 842 amendes totalisant 80 millions d’euros.

Malgré un nombre d’amendes inférieur à la moitié de celui de l’Espagne, l’Italie a payé environ trois fois plus en amendes, ce qui suggère une gravité moyenne plus élevée des infractions. En Allemagne, 186 amendes ont été infligées, représentant un total de 55 millions d’euros.

Les entreprises les plus ssanctionnées

Meta, la société mère de Facebook et WhatsApp, est la plus pénalisée avec six des dix plus grandes amendes. Elle a payé un total de 2,5 milliards d’euros, soit plus de la moitié de toutes les sanctions financières.

Illustration : Logo Meta

L’amende la plus élevée, de 1,2 milliard d’euros, a été infligée pour une base légale insuffisante de traitement des données en 2023, dépassant largement la deuxième plus grosse amende de 746 millions d’euros infligée à Amazon.

Parmi les autres entreprises sanctionnées figurent TikTok et Google, ainsi qu’une seule entreprise hors catégorie des Big Tech : l’italienne Enel Energia.

L’impact sur les pratiques de sécurité des données

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Les régulations sur la protection des données continuent d’évoluer, tout comme les menaces en ligne deviennent plus sophistiquées.

Pour autant, de nombreuses entreprises se contentent de faire le strict minimum pour éviter les amendes les plus sévères. Elles investissent juste assez pour être techniquement en conformité, sans adopter une véritable culture de protection des données.

En fin de compte, c’est un jeu d’équilibre où l’objectif est de dépenser le moins possible tout en échappant aux pénalités. Les entreprises continueront donc à remplir les caisses des régulateurs tout en espérant que leur stratégie minimaliste sera sufisante.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Nos Apps en savent-elles trop ? : Les applications mobiles collectent plus de données que nécessaire

Nos Apps en savent-elles trop ? : Les applications mobiles collectent plus de données que nécessaire

Elles sont incontournables, nous en utilisons en moyenne 10 par jour, mais nous en avons beaucoup plus sur nos smartphones! Je veux bien sûr parler des applications mobiles. Très utiles dans certains cas, complètement gadgets et farfelus dans d’autres, ces petits carrés colorés ne nous veulent malheureusement pas que du bien et sont particulièrement curieux à notre sujet. Le siphonnage de nos données personnelles par les applications, bien que réglementé, continue ses frasques et se fiche ouvertement de nous.

Des déclarations trompeuses sur les stores

L’exactitude des déclarations liées à la vie privée sur le Google Play Store et l’App Store est le point de départ de pas mal d’incompréhension.

A tite d’exemple, 42% des applications Android déclarent collecter des données sur la localisation exacte de l’utilisateur, alors qu’en réalité, 76% des applications le font. Sur iOS, le chiffre est tout aussi important avec 83% des applications ayant accès à la localisation, alors que seulement 59% déclarent demander cette permission. (source)

Illustration : applications mobile

Des permissions ambiguës : un vol par opportunité

La divergence entre les déclarations des applications sur les stores et leurs actions réelles peut s’expliquer par la nature des permissions qu’elles demandent.

En effet, certaines applications ont besoin de permissions spécifiques pour fonctionner correctement comme pour un GPS et votre géolocalisation par exemple.

D’autres, en revanche, ne sont pas indispensable pour le service principal de l’application, mais sont activées par défaut et c’est vous de faire attention à ce que vous autorisez ou non.

Cette distinction est importante, car elle soulève des questions sur la transparence et l’intention véritable des développeurs qui est, et on ne va pas se mentir, de gagner de l’argent.

En fonction du contexte géographique, la collecte non-transparente de données peut en effet violer des réglementations spécifiques. En France, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) veille au respect de la protection des données personnelles.

Lorsqu’une application recueille des données non-essentielles sans en informer clairement l’utilisateur, cela peut entraîner des sanctions de la part d’organismes de régulation tels que la CNIL en France ou le RGPD pour l’Europe.

La complexité de la transparence pour l’utilisateur

Pour un utilisateur normal, naviguer dans le dédale des permissions d’application et des conditions d’utilisation est loin d’être une tâche aisée.

Les termes techniques, les déclarations ambiguës et la profusion d’informations rendent difficile la compréhension exacte de ce qui est collecté et de la manière dont ces données sont utilisées.

De plus, avec la multiplication des applications et surtout des mises à jour, il est presque impossible pour un utilisateur de suivre et de gérer activement toutes les permissions.

La réalité économique des applications gratuites

Derrière cette collecte de données se cache une réalité économique incontournable : le coût de développement et de maintenance des applications.

Lorsqu’une application est proposée gratuitement à l’utilisateur, elle doit néanmoins générer des revenus pour couvrir ses coûts et dégager une marge. Dans ce contexte, la collecte et la monétisation des données des utilisateurs deviennent souvent le modèle économique privilégié. Ces données, une fois collectées, peuvent être vendues à des courtiers en données, des régies publicitaires ou d’autres acteurs, transformant ainsi les utilisateurs que nous sommes en produit.

Illustration : gif argent

Voilà qui pose un dilemme éthique.

D’un côté, les utilisateurs bénéficient d’applications sans frais, mais de l’autre, ils paient le prix en offrant des parties de leur vie privée.

A découvrir : Les pires VPN gratuits du Google Play, vous êtes plus que le produit !

Limiter la casse avec la collecte des données

Vous l’aurez compris, la plupart des permissions demandées par les applications visent davantage à surveiller notre utilisation qu’à nous rendre service.

Voici quelques conseils que chacun peut utiliser pour minimiser son empreinte numérique en quelques clics :

Lisez les politiques des applications au préalable.

C’est l’enfer et c’est long, mais il est important de lire la politique de confidentialité et les termes & conditions pour comprendre comment le propriétaire de l’application utilisera les données des clients.

N’oubliez pas, vous pouvez toujours rechercher une application alternative plus respectueuse de la vie privée si quelque chose vous semble suspect.

Personnalisez vos permissions de données.

Il est recommandé de revoir les permissions pour toutes vos applications existantes et de désactiver ce qui n’est pas indispensable. Portez une attention particulière aux données essentielles comme la caméra, le micro, le stockage, la localisation et la liste de contacts. Votre compteur de pas n’a pas besoin de connaître le numéro de téléphone de tatie Micheline pour fonctionner !

Supprimez les applications que vous n’utilisez pas.

Si vous avez des applications que vous n’utilisez plus, supprimez-les.

Privilégiez les sources officielles.

Télécharger des applications depuis des sites non-officiels augmente votre risque d’utiliser des services non-sécurisés

Pour conclure

Véritiables extensions de nous-même, nos smartphones et les applications qu’ils contiennent jouent un rôle central dans notre vie quotidienne.

Toutefois, la collecte excessive de données par les applications, couplée à un manque de transparence, insite de nombreux internautes a faire machine arrière et/ou a s’orienter vers des applications plus respectueuses de la vie privée. Prenez le temps de comprendre les permissions que vous accordez et montrez-vous proactif dans la gestion de vos données personnelles.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Qu’est-ce qu’un courtier en données ?

Qu’est-ce qu’un courtier en données ?

Les données valent beaucoup d’argent, ça commence à se savoir.

Cependant, peu de personnes comprennent vraiment le marché des données. Cela est dû au fait que la majorité des acteurs de ce secteur sont plutôt discrets et on comprend bien pourquoi. Qu’est-ce qu’un courtier en données ? Découvrir et comprendre.

Qu’est-ce qu’un courtier en données ?

Un courtier en données est une entreprise qui collecte, analyse et revend des informations sur notre façon d’utiliser Internet. Ces données sont récoltées sur les sites Internet que nous visitons, les réseaux sociaux que nous utilisons et aussi et sur les applications gratuites installées sur nos téléphones.
Les courtiers en données, analysent et thématisent toutes ces données et les revendent aux entreprises et aux gouvernements du monde entier à des fins de marketing et d’influence.
Cette collecte massive des données est possible grâce aux conditions d’utilisation de certains services que tout le monde accepte sans jamais les lire.

Qui sont les courtiers en données ?

Cambridge Analytica est sans aucun doute, l’entreprise la plus connue dans ce domaine depuis la controverse de 2018. Mais pourtant, il en existe beaucoup d’autres.
Vous n’avez probablement jamais entendu parler d’Acxiom, CoreLogic et Epsilon. Il y a une raison à cela. Elles préfèrent rester discrètes. Il ne s’agit la que de quelques-unes des plus grandes entreprises qui gagnent de l’argent en collectant, regroupant et vendant les données de la population.

Quelles sont les données qu’ils collectent ?

En collectant les metadonnées des utilisateurs à partir de nombreuses sources différentes, les courtiers en données sont en mesure de dresser un tableau très précis de la vie des personnes. Ils peuvent connaître vos revenus, votre âge, votre genre et votre adresse. Mais certains cherchent à aller encore plus loin, en collectant des données spécifiques, comme la localisation, le comportement d’achat ou les traits psychologiques.

Illustration d'une métadonnée

En combinant toutes ces informations avec votre comportement en ligne, les courtiers peuvent se faire une idée de l’évolution de votre relation, de votre état de santé, de votre recherche d’un nouvel emploi ou de votre intention de déménager dans une autre ville et ainsi prédire certains de vos comportements futurs en terme de consommation.

En connaissant vos intérêts et votre état d’esprit, le ciblage peut se faire de manière très efficace.

Comment les informations sont-elles collectées ?

Les données sont collectées par de nombreuses sources différentes. Les cookies tiers, les réseaux wifi publics et le raclage de sites web sont les plus couramment utilisés pour recueillir des informations. C’est la raison pour laquelle il ne faut jamais accepter tous les cookies.

Si vous acceptez tous les cookies et que vous avez votre profil Facebook sur « public », il y a de fortes chances que les courtiers aient un profil très précis de vous.

Si vous souhaitez connaître la valeur de vos données, l’application mobile Rita vous permet de consulter, de contrôler et de gagner des récompenses à partir de vos données. En moyenne, 197 entreprises ont accès à vos données. Rita vous montre combien et qui y a accès.

Comment les vendent-ils ?

L’un des moyens est le site Web Datarade.ai, une plateforme d’agrégation de courtiers en données, où l’on peut voir les courtiers faire la promotion de leurs ensembles de données clients.

Le manque de transparence manifeste de ce marché entraîne certains problèmes éthiques. Les entreprises connaissent des informations sur vous sans que vous le sachiez. Cela conduit à une forme d’exploitation des individus par les entreprises.

Illustration : Site de Datarade

« Trouvez les bonnes données, sans effort.
Le moyen le plus simple de trouver, comparer et accéder à des produits de données provenant de plus de 500 fournisseurs de données de premier ordre dans le monde entier. »

Des règlementations ont été mises en place

Bien que ces pratiques existent depuis des années maintenant, les régulateurs commencent à agir depuis peu. Le RGPD (Règlement général sur la protection des données), le CCPA (California Consumer Privacy Act) et les réglementations équivalentes ont tous pris des mesures.

Les régulateurs ont exigé plus de transparence et d’application de la validation du consentement et des moyens plus faciles et plus transparents de se retirer. Les procédures restent cependant longues pour les individus. Des solutions de service de suppression de vos informations personnelles des bases de données en ligne commencent à arriver sur le marché. Parmi elles, on peut citer Incogni.

Dans l’absolu, cibler et adapter du contenu en fonction des internautes n’est pas une mauvaise chose si cela améliore l’expérience utilisateur. Par ailleurs, il faut reconnaître que c’est toujours agréable de découvrir des contenus pertinents.

Cependant, les transactions de données devraient être transparentes et centrées uniquement sur l’utilisateur. Nous sommes convaincus que les utilisateurs doivent savoir quelles données sont collectées et avoir le choix de les partager ou non. N’oubliez pas que l’utilisation d’un VPN permet de masquer votre activité en ligne, votre adresse IP et vos données de navigation.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Incogni : Le service de suppression de vos informations personnelles des bases de données

Incogni : Le service de suppression de vos informations personnelles des bases de données

Incogni est un service spécialisé dans la suppression de vos informations personnelles des bases de données des courtiers en données, ou data brokers. Ce service vise à protéger votre vie privée en empêchant l’exploitation commerciale de vos données sans votre consentement explicite. En s’attaquant directement à la source du problème, Incogni offre une solution proactive pour contrôler comment vos informations personnelles sont partagées et utilisées dans l’écosystème numérique. On vous en dit plus.

Qu’est-ce qu’un courtier en données ?

Les courtiers en données collectent des informations sur vous partout où ils le peuvent : dossiers publics, applications que vous utilisez, services auxquels vous vous connectez, tout y passe. Ces données peuvent inclure des noms, âges, genres, numéros de téléphone, ainsi que vos centres d’intéret.

Ces métadonnées leur permettent de dresser un profil détaillé de vous, qu’ils vendent ensuite à des spécialistes du marketing et à d’autres parties intéressées prêtes à payer pour ces informations. En règle générale, les grandes régies publicitaires sont les principaux acheteurs. Ces derniers utilisent vos données pour mener des campagnes de marketing ciblé ou prendre d’autres décisions commerciales.

L’activité des courtier en données est en plein essor, puisque le marché valait 233 milliards en 2019, et n’a fait que croître depuis. Heureusement, il existe certaines réglementations qui vous permettent de demander la suppression de vos données… mais en pratique, ce n’est pas si simple.

Illustration : Site de Datarade un courtier en données
Datarade, un gros courtier en données

Comment faire pour que les courtiers suppriment mes données ?

Bien que le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) en Europe et le California Consumer Privacy Act (CCPA) aux États-Unis obligent les courtiers en données à supprimer vos informations sur demande, le processus n’est pas toujours simple.
Étant donné les bénéfices financiers importants liés à la vente de données personnelles, certaines entreprises peuvent tenter de retarder ou d’éviter de se conformer à ces demandes en compliquant les procédures de suppression.

C’est ici qu’Incogni intervient. Armée d’une expertise juridique que la plupart des individus n’ont pas, l’équipe d’Incogni simplifie et accélère ce processus pour vous. Au lieu de devoir naviguer à travers un océan de jargon juridique et de garder la trace des réponses des courtiers, vous pouvez vous détendre et suivre les progrès grâce aux mises à jour régulières fournies par Incogni. Ce service vous libère de la charge administrative et assure une gestion efficace des demandes de suppression auprès d’un large réseau de courtiers en données, couvrant désormais plus de 180 entités à travers le monde.

Illustration : collecte des données
Incogni©

Comment fonctionne Incogni ?

Surfshark a rendu l’inscription à Incogni aussi simple que possible. Il vous suffit de suivre le processus d’enregistrement :

Étape 1 : Remplir le formulaire avec vos coordonnées.

Étape 2 : Signer le document de procuration.

Étape 3 : Confirmez votre e-mail et c’est tout.

Une fois que vous êtes enregistré, l’équipe d’Incogni contactera les courtiers en données en votre nom pour demander que vos données personnelles soient supprimées de leurs bases de données.

Illustration : Incogni données

©Incogni

Vous pourrez suivre l’évolution de la situation sur :

 

  • Le nombre de sociétés ont été contactées
  • Quelles entreprises ont supprimé vos données
  • Les entreprises qui sont en train de supprimer vos données.

Avantages d’Incogni

  • Automatisation du processus de suppression : ce service vous fait gagner du temps car il faut normalement soumettre manuellement toutes les demandes de suppression d’informations.
  • Contrôle de vos données personnelles : Incogni vous aide à récupérer le contrôle de vos données personnelles en facilitant l’opt-out auprès des divers types de courtiers en données, y compris ceux spécialisés dans les risques, le recrutement, et les informations financières.
  • Protection contre les fraudes et usurpations d’identité : En supprimant vos données des bases des courtiers, Incogni réduit également le risque de fraudes et d’usurpations d’identité.

Pour conclure

Pour l’instant, étant donné qu’il dépend de la législation locale en matière de traitement des données, Incogni n’est disponible qu’en Europe (y compris la France) et aux États-Unis. Incogni est conforme aux lois sur la protection de la vie privée en vigueur dans les régions où il opère, comme le RGPD, qui impose des règles strictes sur le traitement et la protection des données personnelles.

Incogni fait également partie de l’initiative CR Digital Lab, qui collabore avec plusieurs entreprises pour développer un protocole de droits sur les données qui fournira une méthode standard permettant aux consommateurs d’exercer leurs droits sur leurs données personnelles.

Attention toutefois ! Le service se concentre uniquement sur les courtiers en données et ne peut pas supprimer des informations qui peuvent être disponibles sur d’autres plateformes ou réseaux sociaux.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 12 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Note de transparence :

Cet article n'est pas sponsorisé. Il traite simplement d'un sujet d'actualité pertinent dans le domaine de la protection des données.

Si vous décidez d’essayer un service via le lien fourni, l’équipe de VPN Mon Ami recevra une petite commission sans frais supplémentaires pour vous. Cette commission nous permet de continuer à fournir du contenu de qualité et à maintenir ce site indépendant sans bannières publicitaires intrusives, pour une lecture plus agréable sans suivi.

Soyez assuré que notre analyse et nos opinions sont objectifs et basées sur nos recherches et notre expérience dans le domaine de la cybersécurité. Nous sommes indépendants.