document.addEventListener("DOMContentLoaded", function(event) { var classname = document.getElementsByClassName("atc"); for (var i = 0; i

Nos Apps en savent-elles trop ? : Les applications mobiles collectent plus de données que nécessaire

par | 28 Sep 2023 | Protection et vie privée

Elles sont incontournables, nous en utilisons en moyenne 10 par jour, mais nous en avons beaucoup plus sur nos smartphones! Je veux bien sûr parler des applications mobiles. Très utiles dans certains cas, complètement gadgets et farfelus dans d’autres, ces petits carrés colorés ne nous veulent malheureusement pas que du bien et sont particulièrement curieux à notre sujet. Le siphonnage de nos données personnelles par les applications, bien que réglementé, continue ses frasques et se fiche ouvertement de nous.

Des déclarations trompeuses sur les stores

L’exactitude des déclarations liées à la vie privée sur le Google Play Store et l’App Store est le point de départ de pas mal d’incompréhension.

A tite d’exemple, 42% des applications Android déclarent collecter des données sur la localisation exacte de l’utilisateur, alors qu’en réalité, 76% des applications le font. Sur iOS, le chiffre est tout aussi important avec 83% des applications ayant accès à la localisation, alors que seulement 59% déclarent demander cette permission. (source)

Illustration : applications mobile

Des permissions ambiguës : un vol par opportunité

La divergence entre les déclarations des applications sur les stores et leurs actions réelles peut s’expliquer par la nature des permissions qu’elles demandent.

En effet, certaines applications ont besoin de permissions spécifiques pour fonctionner correctement comme pour un GPS et votre géolocalisation par exemple.

D’autres, en revanche, ne sont pas indispensable pour le service principal de l’application, mais sont activées par défaut et c’est vous de faire attention à ce que vous autorisez ou non.

Cette distinction est importante, car elle soulève des questions sur la transparence et l’intention véritable des développeurs qui est, et on ne va pas se mentir, de gagner de l’argent.

En fonction du contexte géographique, la collecte non-transparente de données peut en effet violer des réglementations spécifiques. En France, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) veille au respect de la protection des données personnelles.

Lorsqu’une application recueille des données non-essentielles sans en informer clairement l’utilisateur, cela peut entraîner des sanctions de la part d’organismes de régulation tels que la CNIL en France ou le RGPD pour l’Europe.

La complexité de la transparence pour l’utilisateur

Pour un utilisateur normal, naviguer dans le dédale des permissions d’application et des conditions d’utilisation est loin d’être une tâche aisée.

Les termes techniques, les déclarations ambiguës et la profusion d’informations rendent difficile la compréhension exacte de ce qui est collecté et de la manière dont ces données sont utilisées.

De plus, avec la multiplication des applications et surtout des mises à jour, il est presque impossible pour un utilisateur de suivre et de gérer activement toutes les permissions.

La réalité économique des applications gratuites

Derrière cette collecte de données se cache une réalité économique incontournable : le coût de développement et de maintenance des applications.

Lorsqu’une application est proposée gratuitement à l’utilisateur, elle doit néanmoins générer des revenus pour couvrir ses coûts et dégager une marge. Dans ce contexte, la collecte et la monétisation des données des utilisateurs deviennent souvent le modèle économique privilégié. Ces données, une fois collectées, peuvent être vendues à des courtiers en données, des régies publicitaires ou d’autres acteurs, transformant ainsi les utilisateurs que nous sommes en produit.

Illustration : gif argent

Voilà qui pose un dilemme éthique.

D’un côté, les utilisateurs bénéficient d’applications sans frais, mais de l’autre, ils paient le prix en offrant des parties de leur vie privée.

A découvrir : Les pires VPN gratuits du Google Play, vous êtes plus que le produit !

Limiter la casse avec la collecte des données

Vous l’aurez compris, la plupart des permissions demandées par les applications visent davantage à surveiller notre utilisation qu’à nous rendre service.

Voici quelques conseils que chacun peut utiliser pour minimiser son empreinte numérique en quelques clics :

Lisez les politiques des applications au préalable.

C’est l’enfer et c’est long, mais il est important de lire la politique de confidentialité et les termes & conditions pour comprendre comment le propriétaire de l’application utilisera les données des clients.

N’oubliez pas, vous pouvez toujours rechercher une application alternative plus respectueuse de la vie privée si quelque chose vous semble suspect.

Personnalisez vos permissions de données.

Il est recommandé de revoir les permissions pour toutes vos applications existantes et de désactiver ce qui n’est pas indispensable. Portez une attention particulière aux données essentielles comme la caméra, le micro, le stockage, la localisation et la liste de contacts. Votre compteur de pas n’a pas besoin de connaître le numéro de téléphone de tatie Micheline pour fonctionner !

Supprimez les applications que vous n’utilisez pas.

Si vous avez des applications que vous n’utilisez plus, supprimez-les.

Privilégiez les sources officielles.

Télécharger des applications depuis des sites non-officiels augmente votre risque d’utiliser des services non-sécurisés

Pour conclure

Véritiables extensions de nous-même, nos smartphones et les applications qu’ils contiennent jouent un rôle central dans notre vie quotidienne.

Toutefois, la collecte excessive de données par les applications, couplée à un manque de transparence, insite de nombreux internautes a faire machine arrière et/ou a s’orienter vers des applications plus respectueuses de la vie privée. Prenez le temps de comprendre les permissions que vous accordez et montrez-vous proactif dans la gestion de vos données personnelles.

Chaque jour, vous êtes de plus en plus nombreux à consulter nos pages et à nous poser des questions pour comprendre comment sécuriser vos données personnelles et réduire votre suivi en ligne. Merci pour votre intérêt et vos nombreux partages !
A propos de l'auteur : Lisa

A propos de l'auteur : Lisa

Fondatrice de VPN Mon Ami

Lisa est une experte en cybersécurité avec plus de 10 ans d'expérience dans le domaine des VPN. Lisa écrit de nombreux articles pour sensibiliser les internautes à reprendre le contrôle de leurs données.

Share This